Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comme annoncé depuis quelques semaines déjà, aucune hausse des pensions de retraite complémentaires n’est à attendre cet été. La revalorisation aura bien lieu au 1er novembre 2022 comme attendue.

Revalorisation des retraites complémentaires

Sans surprise, la revalorisation des pensions de retraite complémentaires, dont AGIRC-ARCCO, celle concernant les salariés du privé, aura bien le 1er novembre 2022, et pas avant, comme l’avaient laissé penser certains médias. La mauvaise nouvelle n’est donc pas celle-ci. Le bémol étant le taux de revalorisation de ces pensions de retraite complémentaires.

Quelle hausse pour les complémentaires ?

Et c’est bien là la mauvaise nouvelle. Les retraités pourraient s’attendre logiquement à un calage sur la hausse de 4% des pensions de retraite de base, incluses dans la loi sur le pouvoir d’achat. Et bien non, ce ne serait pas du tout le cas. En effet, selon les informations publiés par Le Parisien (Groupe Les Echos), la hausse des pensions AGIRC-ARCCO devrait être inférieure à 3% au 1er novembre 2022. En effet, cette revalorisation, qui sera négociée entre les partenaires sociaux à partir du début du mois d’octobre pour être actée le 1er novembre, devrait être inférieure à 3%, rapporte ce mardi le quotidien Le Parisien de sources présentes au dernier bureau de l’organisme, le 14 juin. Si le calcul de la revalorisation des retraites complémentaire s’appuie sur l’inflation, celui-ci ne peut dépasser la hausse du "salaire moyen par tête", actuellement inférieure à 3%, à un niveau donc bien en deçà de celle des prix à la consommation, estimée à 5,5% en moyenne sur l’année 2022. Encore, une règle qui est absurde dans le contexte actuel.

L’année dernière, la revalorisation des pensions de l’Agirc-Arrco avait déjà été limitée à 1%, inférieure de 0,4 point à l’inflation hors tabac, l’organisme ayant voté la possibilité de moduler l’indexation de plus ou moins 0,5 point pour se donner un peu d’air face à une situation financière mise à mal par la crise du Covid.

Source : Denis Lapalus, francetransactions.com

Tag(s) : #France