Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvel âge de départ, pénalités à prévoir, bonus à décrocher : découvrez l’impact sur votre niveau de vie des pistes de refonte envisagées.

Bis repetita. Après son projet de système universel de retraite, qui devait réunir la quarantaine de régimes existants mais a été définitivement abandonné en 2020, Emmanuel Macron revient donc à la charge, avec cette fois-ci une réforme plus classique, qualifiée de «paramétrique», qui ambitionne de traduire dans les faits sa politique du «travailler plus longtemps». Il s’agirait donc, pour l’essentiel, de reporter une nouvelle fois l’âge légal de départ, décalé de 60 à 62 ans depuis la réforme Sarkozy de 2010. Ce, à un rythme progressif, probablement de quatre mois de travail supplémentaire par an. Le chantier devrait démarrer à la rentrée, avec l’installation d’un Conseil national de la refondation (CNR), composé d’élus et de citoyens tirés au sort, et chargé d’en discuter les bases. Pour un début d’application à l’été 2023.

Même si les contours de cette refonte restent flous, ce que l’on sait déjà, c’est qu’elle devrait susciter la bronca chez les syndicats qui, CFDT incluse, ne veulent pas entendre parler du moindre report de l’âge légal, qu’il s’agisse de le décaler à 65 ans (à horizon fin 2031, donc, si le rythme de quatre mois par an est tenu), ou même à 64 ans (à horizon fin 2028). Par ailleurs, la fin des régimes spéciaux de retraite, comme ceux de la RATP et des industries électriques et gazières (IEG), autre promesse électorale du président réélu, devrait soulever tout autant de protestations, même s’il s’agira très probablement de leur appliquer «la clause du grand-père» (seuls les nouveaux entrants dans ces métiers seraient concernés).

Principal argument avancé par ces opposants: alors que le déficit a été moins marqué que prévu en 2020, une année pourtant marquée par la pandémie de Covid, avec 18 milliards d’euros de manque à gagner (0,8% du PIB), le système actuel ne serait aucunement menacé de banqueroute.

Source : Julien Bouyssou, capital.fr

Tag(s) : #France