Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur quoi pourraient porter les changements de la nouvelle réforme des retraites portée par le Président Macron, dossier de la rentrée qui s'annonce sensible ? 

 

Le principe de la "répartition"

Chacun, dès qu’il travaille (et chaque employeur), verse des cotisations servant à payer les pensions des personnes déjà retraitées. Les cotisants acquièrent des droits et les générations suivantes financent leurs retraites. C’est le principe de la "répartition", assis sur la solidarité entre générations. Le système par "capitalisation" repose, lui, sur la capacité individuelle à épargner pour sa retraite. Pas de remise en cause annoncée. La réforme de 2020 n’y touchait pas.

L'âge de départ à la retraite

De 60 ans et 9 mois pour les natifs de 1952, il est aujourd’hui de 62 ans pour les personnes nées à partir de 1955. Cet âge "légal" (à atteindre pour faire valoir ses droits à la retraite) ne coïncide pas avec l’âge réel de départ qui varie selon les régimes.

C’est la mesure phare : repousser l’âge légal de départ à la retraite à 64 ou 65 ans, à raison de 3 ou 4 mois par an. Reste à savoir à partir de quelle année la mesure commencerait à s’appliquer : 2023 ou après ?

La durée de cotisation

Quelle que soit sa profession, chacun cotise pour une retraite "de base", fonction du nombre de trimestres acquis, et une "complémentaire", calculée en points. Le nombre de trimestres requis pour une retraite de base complète varie selon l’année de naissance. 

Pour l’instant, rien ne filtre concernant la durée de cotisation. Mais selon l’âge d’entrée dans la vie active, si l’âge légal recule, elle devrait mécaniquement s’allonger.

Les possibilités de partir à 60 ans

Pénibilité, carrière longue, invalidité : ces trois situations ouvrent un droit au départ à 60 ans.

Chaque année depuis 2012, 20 % des départs se font pour carrière longue. Réduire cette possibilité fait craindre aux spécialistes de voir s’aggraver le chômage ou le risque maladie des seniors.

Retraite progressive

Travailler à temps partiel et compléter son salaire avec une partie de ses futures retraites : c’est le principe de la retraite progressive accessible aux personnes de 60 ans ayant engrangé au moins 150 trimestres. Il pourrait être question d’encourager le recours à ce dispositif, déjà élargi aux cadres en forfait-jour depuis le 1er janvier 2022.

Niveau des pensions

Depuis 2003, les retraites sont, en principe, indexées sur les prix à la consommation. Pour 2021, indique la Drees, les retraites des régimes de base ont été revalorisées de 0,4% au 1er janvier et celles de l’Agirc-Arrco de 1% le 1er novembre.

À court terme, face à une forte hausse de l’inflation (+4,8% sur un an en avril 2022), le président de la République a annoncé un "coup de pouce" de 4% sur les retraites au 1er juillet 2022. Et une revalorisation de la retraite minimum ("minimum contributif") à 1100 €.

Pension de réversion

Dans un couple marié, au décès d’un conjoint, son veuf ou sa veuve peut avoir droit à une partie de la retraite du défunt: la pension de réversion. Rien n’est paru sur d’éventuelles modifications de ces règles. Dans l’avant-projet de réforme de 2020, il avait été question d’étendre le droit à réversion aux concubins et partenaires de pacs. Mais cette disposition ne figurait plus dans le texte adopté.

Droit au départ à la retraite

L’âge légal ouvre un droit au départ, pas une obligation. Sauf dans la fonction publique, il n’y a pas, pour les salariés, de "limite d’âge" à partir de laquelle il serait interdit de travailler.

Et si un employeur a le droit de mettre à la retraite d’office un salarié de 70 ans, il n’y est pas non plus obligé: s’il souhaite le garder, et si le salarié est d’accord, le contrat peut se poursuivre.

Cumul emploi-retraite

Il est possible de cumuler pension et revenu d’activité, mais sans se créer de nouveaux droits à retraite avec les cotisations prélevées sur ce revenu. Il pourrait être envisageable de revenir sur ce point : les nouvelles cotisations ouvriraient alors droit à un recalcule de la retraite à l’issue de la période de cumul.

Source : centrepresseaveyron.fr

Tag(s) : #France